Le maire honoraire Paul Egly a 80 ans

Publié le par Denis FLUHR

Le maire honoraire Paul Egly a 80 ans

C’est une figure bien connue et très estimée du vallon du Soultzbach qui fête aujourd’hui son 80e anniversaire. Né le 24 mars 1936 à Soppe-le-Haut, Paul Egly a occupé avec passion la fonction de maire de la commune pendant 30 ans, de 1978 à 2008.

Nommé maire honoraire après son cinquième et ultime mandat, Paul Egly avait déjà été récompensé à plusieurs reprises pour son exceptionnel investissement au service de son village natal.

Il a notamment été distingué par l’obtention de la médaille d’honneur régionale, départementale et communale en or, qui lui a été remise en 2007 par le député Jean-Luc Reitzer.

Entré au conseil municipal en 1965, Paul Egly a été élu adjoint au maire en 1977, puis premier magistrat l’année suivante, après le décès du maire Auguste Dietrich. Au fil des mandats, sous l’impulsion du nouveau maire et de ses équipes successives, le visage de la commune a considérablement changé. Après l’exode rural qui a frappé le village au cours des années 1960 et 1970, la population a à nouveau augmenté dans les décennies suivantes.

Pour Paul Egly, ce furent des années exaltantes, durant lesquelles il a contribué - toujours avec l’aide de ses adjoints et conseillers - à améliorer les équipements de la commune, favoriser le développement de la vie associative, entretenir et restaurer le patrimoine.

Parmi les réalisations marquantes, le maire honoraire est particulièrement fier d’avoir fait reconnaître l’intérêt patrimonial de l’église Sainte-Marguerite et obtenir son classement au titre des monuments historiques. Autre réussite marquante, collective elle aussi : la mise en place d’une véritable intercommunalité entre les villages de Soppe-le-Haut, Soppe-le-Bas et Mortzwiller. Une gageure à l’époque…

La bonne entente qui a régné entre les maires de ces trois agglomérations voisines a permis de créer une petite communauté de communes à échelle humaine dès le début des années 1990. Preuve qu’un mariage à trois est tout à fait réalisable, sans pour autant renier l’identité de chacune de ses composantes.

Évoquant l’avenir des collectivités, Paul Egly estime : « Les petites communes sont l’âme de la France, elles méritent d’être maintenues si l’on veut conserver notre modèle social. Les regroupements de communes sont à l’image de cette grande région qu’on nous impose et qui n’apportera rien d’autre que d’augmenter le désintérêt de la population vis-à-vis de la politique ».

À l’aube de son 80e anniversaire, le lion du Soultzbach n’a rien perdu de sa verve, ni de son humour.

Les Dernières Nouvelles d’Alsace lui adressent leurs sincères félicitations à l’occasion de ce grand anniversaire et lui souhaitent encore de belles années de vie dans son cher village de Soppe-le-Haut.

Publié dans Soppe-le-Haut

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article