Le destin brisé d'un général

Publié le par Denis FLUHR

Le destin brisé d'un général

Plus de 70 personnes ont assisté à la conférence donnée à Masevaux par Bernard Zeller, le fils du général André Zeller qui fut destitué et emprisonné après l’échec du putsch d’Alger en 1961.

La grande salle de Créaliance a tout juste suffi à contenir les nombreux auditeurs, parmi lesquels se trouvaient beaucoup d’anciens combattants en Algérie, évidemment fort intéressés par le sujet.

Bernard Zeller a commencé son exposé en retraçant la biographie de son père, qui avait passé une partie de son enfance à Oberbruck, le berceau de la famille. Né en 1898, André Zeller s’est engagé très jeune dans l’armée, en 1915, participant à plusieurs batailles de la Première Guerre. Il est sorti du conflit avec le grade de lieutenant et décide de poursuivre sa carrière dans l’armée.

Muté en Afrique du Nord en 1940, il participe au débarquement en Provence de 1944 et à la campagne de la Libération. Promu général en 1946, il devient chef d’état-major de l’armée de terre de 1955 à 1956. Il retrouvera cette fonction en 1958, après le retour au pouvoir du général de Gaulle, jusqu’en 1959, année où il prend sa retraite.

Partisan de l’Algérie française, Zeller ne peut accepter la tendance du gouvernement à envisager l’autodétermination de cette partie du territoire.

Lors du référendum de janvier 1961, il figure parmi les signataires d’une lettre ouverte prônant le refus de cette politique. En avril, il se joint aux généraux Challe, Jouhaud et Salan dans une tentative de prise du pouvoir à Alger. Mais le putsch échoue en quelques jours et ses auteurs sont arrêtés.

André Zeller est emprisonné à la prison de la Santé, condamné à 15 années de détention et à la privation de ses droits civiques. Interné à Clairvaux puis à Tulle, Zeller sera finalement libéré en juillet 1966 et amnistié deux ans plus tard.

À partir des carnets de notes rédigés en prison, Bernard Zeller a pu dresser un portrait fidèle et sans parti pris de son père, dont le destin aura été brisé par la raison d’État. Ces écrits ont été publiés en 2014 sous le titre « Journal d’un prisonnier ».

Chaudement applaudi et félicité à l’issue de son intervention, le conférencier a encore répondu aux questions du public avant de partager le verre de l’amitié offert par la Société d’histoire de la vallée de Masevaux.

Le destin brisé d'un général
Le destin brisé d'un général
Le destin brisé d'un général

Publié dans Masevaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article