Veillée chantante franco-alsacienne

Publié le par Denis FLUHR

Une trentaine de personnes ont répondu à l’invitation de la Société d’histoire de la vallée de Masevaux (SHVM) qui proposait une soirée de découverte des chansons traditionnelles, en alsacien et français.

Jean-Marie Ehret, le président de la SHVM, a animé cette veillée qui se voulait à l’image de celles qui se tenaient autrefois dans les chaumières, lorsque la télévision n’existait pas encore…

De fait, les membres de l’association avaient joliment aménagé et décoré la grande salle de la Maison du patrimoine, où les visiteurs d’un soir se sont vus offrir cafés, tisanes, vin blanc et tout un panel de délicieux petits gâteaux.

En introduction, Jean-Marie Ehret a rappelé que l’on chantait beaucoup plus par le passé : au travail, aux champs, au bistrot, aux fêtes de famille.

Certaines chansons étaient très largement connues, au-delà des frontières, d’autres étaient beaucoup plus confidentielles.

Leur transmission, qui se faisait essentiellement de manière orale, a été mise à mal par la culture moderne, avec l’arrivée de la radio, de la télé et le bouleversement des modes de vie.

Les chansons populaires alsaciennes sont connues grâce aux différents collectages réalisés dans la région, notamment par Goethe à la fin du XVIIIe siècle, par Stoeber et Weckerlin au siècle suivant. La bible en la matière est le recueil de Joseph Lefftz, paru à la fin des années 1960 : Das Volkslied im Elsass. Cette œuvre a permis de faire renaître de nombreuses chansons traditionnelles alsaciennes à travers le répertoire d’interprètes tels que Roger Siffer ou Géranium.

Au niveau local, Jean-Marie Ehret et Joseph Scheubel ont publié en 1997 Le chant alsacien traditionnel dans la vallée de Masevaux , à partir d’un collectage de près de 400 chansons réalisé dans les années 1980 et 1990.

Pour illustrer son propos, Jean-Marie Ehret a interprété de nombreux chants tout au long de la soirée, repris par le public et entrecoupés du leitmotiv : Und s’Liedel esch fini, und jeder némmt sini, wer sinni nét hèt, némmt s’Katzala éns Bett

Publié dans Masevaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article