Des agneaux made in Doller

Publié le par Denis FLUHR

Des agneaux made in Doller

À Sentheim, Guillaume Bissler a ouvert les portes de sa bergerie au public à l’occasion des journées Made in viande organisées par l’interprofession de la filière française de l’élevage et des viandes. Rencontre avec un jeune éleveur motivé.

Âgé de 28 ans et installé à son compte depuis 2010, Guillaume Bissler est actuellement à la tête d’un cheptel de près de 600 moutons de trois races différentes : Mourerous, Limousine et Mérinos. Le troupeau passe l’hiver à la bergerie de Sentheim, nourri du foin et des céréales (orge, maïs grain) que le jeune agriculteur produit lui-même. La paille pour la litière provient également de l’exploitation. Pendant la belle saison, les moutons pâturent sur plusieurs hectares de prés de la vallée de la Doller, loués par des particuliers ou mis à disposition par des communes. Guillaume élève également des vaches de race Highland, selon les mêmes principes - proches de la nature - que ses ovins.

Il dispose depuis peu d’un laboratoire de transformation de la viande, répondant aux dernières normes sanitaires, lui permettant de proposer de façon autonome toute une gamme de produits destinés à la vente directe, comme des côtelettes, gigots, navarins, landjager, merguez, etc. En plus de ses articles au détail, on trouvera également des caissettes de viande d’agneau et de bovin.

En plus de la vente à la ferme avant les fêtes de Pâques et Noël, Guillaume vend sa production aux marchés paysans de Masevaux et d’Aspach-le-Haut, et lors de quelques manifestations ponctuelles organisées dans la vallée.

À l’occasion des portes ouvertes, le jeune homme a invité les visiteurs à découvrir son exploitation et sa passion de l’élevage, qui demeure intacte malgré les nombreux obstacles qui se dressent actuellement face aux agriculteurs.

Bergerie de la Doller – Ferme Guillaume Bissler 53 A Grand-rue 68 780 Sentheim. Renseignements : ✆ 07 71 14 08 60.

Publié dans Sentheim

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article